top of page
  • Photo du rédacteurKatin Hauschild

L’ÉTAT ACTUEL DE L’ACTION CLIMATIQUE DANS LES ENTREPRISES AU QUÉBEC

Dernière mise à jour : 21 nov. 2023

Moins du tiers des entreprises mettent en œuvre les actions climatiques souhaitables pour être alignées sur une trajectoire de transition bas carbone


Nous dévoilons cette semaine la deuxième édition du Baromètre de la transition des entreprises du Québec. Réalisé auprès de 596 dirigeant.e.s représentatifs de l’ensemble de l’économie du Québec, le Baromètre de la transition des entreprises est l’étude la plus complète qui permet de suivre l’évolution de la mise en œuvre d’actions climatiques par les entreprises.


Afin de toujours mieux outiller les entreprises et celles.ceux qui les accompagnent, nous dévoilons par la même occasion l’Indice de transition, un tout nouvel indicateur quantitatif incontournable qui permet de mesurer la progression des entreprises et de guider celles-ci vers les stratégies et les actions qui auront le plus d’impact.


Si la note idéale d’une entreprise qui met tout en œuvre pour être parfaitement alignée sur une trajectoire de transition bas carbone était de 100, l’Indice de transition moyen pour 2023 est 32,4ce qui signifie que les entreprises du Québec mettent en œuvre moins du tiers des actions climatiques souhaitables. L’indice repose sur la mise en œuvre d’actions climatiques dans quatre composantes clés : les opérations, les chaînes de valeur, la culture organisationnelle et leurs mesures d’adaptation aux changements climatiques.


Décryptons les données pour mieux comprendre ce qui se passe dans les entreprises qui présentent un Indice de transition plus élevé que la moyenne : la culture organisationnelle est la composante la plus importante pour expliquer la mise en œuvre d’actions climatiques. En effet l’Indice moyen est significativement plus élevé chez les entreprises qui :

  1. Compte sur de l’expertise à l’interne ou à l’externe (58,2), comparativement à l'indice des entreprises qui déclarent ne pas compter sur une telle expertise (25,0)

  2. Ont des dirigeant.e.s engagé.e.s envers l’action climatique 941,3), au fait des risques (39,0) et surtout, au fait des bénéfices et des occasions d’affaires de la transition (42,8)

  3. Ont un conseil d’administration engagé (49,6)

Par ailleurs, les entreprises qui se déclarent exportatrices directes et indirectes (46,1) mettent en œuvre significativement plus d’actions climatiques que celles qui ne le sont pas (30,6). Les entreprises avec un chiffre d’affaires de 10 à 50 M$ (43,0) et de 50 à 300 M$ (40,1) se démarquent aussi par rapport à la moyenne (32,7).


Maintenant que nous avons couvert les caractéristiques qui nous permettent d’expliquer le profil des entreprises qui mettent en œuvre plus d’actions climatiques que la moyenne, regardons qu’est-ce que ce qui se passe concrètement en 2023 en matière d’action climatique du côté des opérations, des chaînes de valeur et de l’adaptation!


L’ACTION CLIMATIQUE PROGRESSE DANS LES OPÉRATIONS

57% des entreprises mettent en œuvre au moins une action climatique en lien avec leurs opérations comparativement à 52% en 2022. La réduction des matières résiduelles est l’action climatique qui domine avec 59% (vs 52% en 2022). L’enquête révèle que les deux plus fortes tendances à la hausse au niveau des actions climatiques en lien avec les opérations visent les deux principales sources d’émissions de GES au Québec soit l’énergie et le transport :

  • 30% Optimisation de la gestion de l’énergie (vs 22% en 2022)

  • 29% Optimisation de la gestion du transport (vs 22% en 2022)

En lien avec la gestion d’énergie, l’efficacité énergétique des bâtiments et des procédés et l’intérêt pour la valorisation des matières résiduelles pour en obtenir de l’énergie sont en hausse significative.

  • 42% mettent en œuvre au moins une action en lien avec la mesure et l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments et des procédés (vs 34% en 2022)

  • D’ici deux ans 43% prévoient mettre en œuvre des actions en lien avec la valorisation des matières résiduelles pour en obtenir de l’énergie (vs 33% en 2022)


AU NIVEAU DE LA CHAÎNE DE VALEUR : L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ET LE RECYCLAGE TOUJOURS EN TÊTE DE LISTE

Attardons-nous maintenant aux actions climatiques en lien avec la chaîne de valeur. 47% des entreprises s’y investissent en mettant au moins une action climatique en œuvre. L’économie circulaire et le recyclage domine toujours avec 55% des entreprises qui disent agir, suivi d’actions en approvisionnement responsable avec 49%. 34% déclarent prendre part à des actions du côté de l’économie collaborative, de partage.


Fait à noter intéressant, les répondants démontrent un intérêt grandissant envers les symbioses industrielles : 42% déclarent avoir l’intention de s’y investir d’ici 2 ans (vs 33% en 2022).


Forte tendance à la hausse : l’étude nous permet de constater que de la mise en œuvre de mesures et d’actions pour réduire les GES avec les fournisseurs a doublé en 2023 passant de 8% à 16%.


D’un autre côté, 30% déclarent collaborer avec leurs clients pour les aider à réduire leurs émissions de GES en 2023 (vs 28% en 2022).


À la suite d’une année marquée par des événements météorologiques violents et des feux de forêt ravageurs, il est intéressant de noter que 18% des entreprises déclarent être voie de mettre en place un plan d’adaptation ou de continuité pour faire face aux menaces directes sur les opérations engendrées par les changements climatiques, une tendance à la hausse par rapport à 13% en 2022. 62% des entreprises déclarent ne pas compter sur un tel plan.


Alors, êtes-vous prêts pour le passage à l’action au sein de votre entreprise? L’action climatique fait-elle partie de vos priorités?


Nous sommes curieux de vous entendre afin de savoir comment ça se passe au sein de votre organisation.


 

 

À la lumière de l’analyse du rapport de cet importante enquête, Québec Net Positif émet ces recommandations.


5 RECOMMANDATIONS DE QUÉBEC NET POSITIF

  1. Promouvoir et renforcer le rôle stratégique des dirigeant.e.s et des conseils d’administration afin d’intégrer avec succès l’action climatique dans la culture organisationnelle

  2. Valoriser le rôle des employés et des gestionnaires à tous les niveaux et aider les entreprises à compter sur de l’expertise à l’interne ou à l’externe

  3. Accroître le taux de littéracie climatique

  4. Mettre en place des normes, un cadre juridique clair et prévisible pour des communications et un marketing durable et responsable afin de réduire les risques d’écoblanchiment involontaire et de permettre aux clients, d’agir en accord avec l’évolution de leurs valeurs et intérêts (consulter notre lettre ouverte publiée dans La Presse +, une initiative conjointe de Masse Critique et de Québec Net Positif, et 90 entreprises et organisations cosignataires).

  5. Promouvoir l’importance de la résilience et de l’adaptation aux changements climatiques


17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page